BangBang : bangbangblog.com

L'enragée Blanche

Noir Canada en ligne !

Isabelle Gagnon
19 octobre 2011

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de la poursuite bâillon de la minière Barrick Gold contre Les éditions Écosociété pour la parution du livre Noir Canada ?

Le livre rapporte plusieurs faits troublants reliés aux pratiques minières de la compagnie et soulève de nombreux questionnements. En effet, on y apprend que non seulement les pratiques de la minière sont douteuses, surtout en Afrique, mais qu’en plus, le gouvernement canadien finance le tout. Évidemment, bien que les faits relevés dans le livre proviennent de sources publiques, la compagnie n’a pas apprécié qu’un livre soit publié sur le sujet et a tout fait pour qu’il disparaisse.

Hier, on annonçait le règlement hors-cour d’une partie de cette histoire: « Au terme d’une lutte judiciaire qui aura duré trois ans et demi, les Éditions Écosociété sont parvenues à une entente hors cour avec l’une des parties adverses. Afin de mettre fin à la poursuite que Barrick Gold leur a intentée en avril 2008 pour un montant de 6 millions de dollars, et pour cette raison uniquement, les Éditions Écosociété cessent la publication du livre Noir Canada. Ce retrait ne saurait en rien constituer un désaveu du travail des auteures, Delphine Abadie, Alain Deneault et William Sacher , ou de l’éditeur. […]»

Vous pouvez aussi lire l’excellente lettre ouverte d’un collectif d’auteurs publiée ce matin dans le Devoir au http://www.ledevoir.com/societe/justice/333939/poursuite-baillon-encore-une-fois-le-baillon-contre-noir-canada et qui se conclut en ces termes :

« D’ailleurs, les admissions exigées par Barrick révèlent en fait un aveu de faiblesse de la part de l’entreprise elle-même. Elle ne peut vaincre qu’en exerçant des pressions énormes sur ses opposants. Mais ce faisant, elle démontre qu’il s’agissait bel et bien depuis le début d’une poursuite visant non pas à réfuter mais à bâillonner les auteurs et à faire taire leurs interrogations légitimes. »

Alors, on fait quoi maintenant ? Le livre ne peut plus être diffusé en version papier alors on diffuse l’ouvrage en ligne, on le lit et on s’indigne !

Voici le lien à copier-coller et à diffuser: http://www.congoforum.be/upldocs/EBOOK%20FRan%C3%A7ais%20Noir%20Canada%20Pillage%20corruption%20et%20criminalit%C3%A9%20en%20Afrique%20Al_.pdf

3 commentaires
  • Heidi Miller
    20 octobre 2011

    Bonjour,

    Étant une personne qui écrit, quand j’ai reçu le lien pour le téléchargement du livre Noir Canada, je me suis inquiétée des droits d’auteurs…ce sont des gens qui ont travaillé fort sur un document et ce baillon, via Barrick, c’est aussi une façon de miner le travail important de ces auteurs. Mais voilà que plein de gens le téléchargent!!! Cool, mais pas cool pour les auteurs qui eux aussi ont des vies, des loyers à payer, de la bouffe à acheter, et…d’autres livres à écrire.

    Pour moi, cette idée que plein de gens lisent son œuvre importante en la téléchargeant…personnellement, je sens que l’auteur et ses collègue devraient être compensés financièrement non pour le livre lui-même, car ils ne peuvent plus recevoir de l’argent rattaché à ce livre, mais afin qu’ils puissent continuer leur travails de chercheurs et d’auteurs. Alors j’aimerais faire trois suggestions.

    1. Envoyer un chèque au nom de Alain Deneault pour genre entre 5 à 20…à la maison d’éditions :

    http://www.ecosociete.org/coordonnees.php

    2. Faire un don pour appuyer Deneault et la maison d’éditions qui est gérée par un organisme qui s’appelle Écosociété dans leur bataille légale (qui continue) à:

    http://slapp.ecosociete.org/

    Leur bataille avec Barrick leur a coûté 6 millions. À date. Il y a une autre compagnie qui les poursuit aussi. Question d’essayer de les écraser autant que possible. Ces dons se font facilement, via paypal ou carte de crédit.

    3. Parler de ce qui se passe à votre entourage

    @chèque…vue que, techniquement, faire le geste de téléchargement entrave à leurs droits d’auteurs…et que si ils acceptent cet argent dans ce contexte judiciaire présent, j’imagine qu’il contreviennent au jugement…alors si on envoie un chèque à son nom, ce devrait être plus pour les raisons suivantes: je mentionnerais dans une note (si une accompagne ce chèque), que je fais ce geste pour encourager Mr Deneault et ses co-auteurs (Delphine Abadie et William Sacher) à continuer de faire leur travail de chercheurs et d’auteurs. Et je ne ferais aucune mention du livre ou de téléchargement. Et pas besoin de télécharger le livre pour les appuyer—après tout, si on les appuie, c’est pour qu’ils puissent continuer à faire le genre de travail qu’ils font.

  • Isabelle Gagnon
    20 octobre 2011

    Grand, grand oubli de ma part, en effet, que de mentionner que l’on peut faire des dons pour appuyer les Éditions Écosociété et les auteurs.

    Alors, voilà, veuillez utiliser, comme le mentionne Mme Miller, le lien suivant pour le faire :
    http://slapp.ecosociete.org/

    D’ailleurs, sur ce lien, on peut y lire: « Les Auteurs maintiennent que Noir Canada a été écrit afin de susciter un débat public sur la présence controversée d’intérêts canadiens en Afrique et d’en appeler à la création d’une commission d’enquête sur cette présence canadienne en Afrique. Ils maintiennent toujours cette position et continuent de s’enquérir du rôle des sociétés privées actives en tant que partenaires commerciaux auprès de représentants politiques africains engagés dans des conflits armés. »

    Comme leur livre ne peut plus être distribué en version papier, leur combat reprend de plus belle avec la version électronique. Le livre n’a pas été disponible en ligne alors qu’on pouvait encore l’acheter. Il est maintenant disponible parce que Barrick Gold a réussi à freiner la version papier.

    Lire ce livre, c’est aussi contribuer à la cause. leurs droits d’auteurs ont assez été bafoués par la compagnie qui a cherché à les faire taire. Voilà maintenant que leurs voix s’élèvent à nouveau et honnêtement, je crois que c’est très bien ainsi.

  • Izâ Gagnon
    29 octobre 2011

L'enragée Blanche

Isabelle Gagnon

Environnement, musique et beaucoup, beaucoup d'autres affaires...

Pourquoi est-elle enragée ?

RUBRIQUES